Emmanuel Calef, chef d'orchestre

Une double formation : scientifique et musicale....

Direction musciale Don Giovanni©Y.Petit

Persuadé de l'intérêt de la redécouverte des instruments anciens, Emmanuel Calef commence sa carrière dans le mouvement baroque. Il y forge sa conviction que le rôle du musicien aujourd’hui est de transmettre au public non seulement sa passion pour la musique mais aussi ses clefs de lecture et de compréhension. Elève de Ton Koopman, chef du renommé Amsterdam Baroque Orchestra, il suit ensuite ses masterclasses à plusieurs reprises, et celles de David Stern avec Opera Fuoco. Il rencontre Christian Zacharias à l’Orchestre Philharmonique de Radio France et approfondit en sa compagnie l’interprétation de la musique du XVIII° siècle. Poursuivant sa passion pour les instruments anciens et l’éclairage particulier qu’ils permettent de donner à la musique classique, Emmanuel Calef dirige des orchestres comme le Capriccio Basel BarockOrchester, et est invité à auditionner par l’Orchestra of the Age of Enlightenment. Avec le Capriccio Basel BarockOrchester, il enregistre notamment pour Arte et la Télévision-Radio Suisse Romande le Don Giovanni de Mozart, diffusé en 2007.

Cherchant une vision complémentaire de celle du monde baroque pour élargir sa propre approche des œuvres, il est auditeur de Kurt Masur à l’Orchestre National de France  et de Myung-Whun Chung à l’Orchestre Philharmonique de Radio France pendant 3 ans et suit les master classes de Yutaka Sado. En 2009, Emmanuel Calef poursuit sa carrière à l’étranger en gagnant le concours pour le poste de Chef Résident du Guiyang Symphony Orchestra en Chine et en dirigeant le Mihail Jora Philharmonic Orchestra en Roumanie à partir de 2010. En 2011 il a été finaliste du 52° Concours International de Direction d’Orchestre de Besançon.

Poursuivant en parallèle sa deuxième passion, l’opéra, il assiste dans la fosse des maestros comme Esa-Pekka Salonen, Jesus Lopez-Cobos, Bernard Haitink ou Daniele Gatti. Chef assistant à l’OperaZuid de Maastricht et à Paris, il est choisi par le Théâtre Impérial de Compiègne pour la création mondiale d’un Grand Opéra perdu de Georges Bizet : « Noé ». Représentations saluées par la critique et le public et reprises au Royal Opera House de Covent Garden. Le DVD est sélectionné par la FNAC comme révélation lyrique de l’année, et diffusé par TF1.

De son double cursus musical et scientifique -en plus de ses études de direction d’orchestre, Emmanuel Calef est polytechnicien- il a gardé un goût prononcé pour la transmission du savoir. Il a été professeur d’Histoire de l’Opéra et continue à donner régulièrement des conférences sur l’histoire de la musique et des cours d’interprétation. A chacune de ses productions récentes, il s’est attaché à participer à des rencontres avec le public avant les concerts, de façon à partager choix artistiques et processus d’interprétation des œuvres.